À la découverte de l’Adire : la prestigieuse étoffe des Yorubas

L’Adire est une étoffe traditionnelle propre au peuple Yoruba du sud-ouest du Nigeria. Apparue au 19e siècle, le tissu est tout d’abord disponible en couleur unique, l’indigo. Ce n’est qu’à la fin du 20e siècle, avec l’introduction de colorants synthétiques importés, que l’étoffe va se diversifier.

Dans cet article, découvrez l’histoire qui entoure l’Adire ainsi que son évolution à travers les âges.

Tissus Adire Nigeria – AFS – © information tv5monde

Origine de l’Adire

C’est dans la ville d’Abeokuta que l’Adire va faire sa toute première apparition. L’étoffe est en fait une version améliorée du Kijipa, un tissu confectionné à la main. À cette époque, le marché nigérian est inondé des chemises artificielles provenant de Grande-Bretagne.

Les Yorubas découvrent alors que les tissus importés sont moins chers que ceux qu’ils font à la main. Ils apprennent aussi que les chemises anglaises peuvent être décorées et teintes pour répondre aux goûts locaux.

Pour s’adapter aux tendances du marché, les artisans adoptent donc les tissus anglais. Ils utilisent alors des méthodes de teinture par nœuds et du fil de raphia pour produire des motifs finement résistants. C’est ainsi que naît l’Adire.

Grâce à leur technique avant-gardiste, les Yorubas obtiennent des tissus à motifs dans une gamme éblouissante. Ainsi, dans les premières décennies du XXe siècle, un vaste réseau commercial d’Adire s’est répandu à travers l’Afrique de l’Ouest.

L’étoffe est alors vendue jusqu’au Ghana, au Sénégal et au Congo. Dans les années 1920, les marchands sénégalais auraient même acheté jusqu’à 2 000 Adires en une seule journée.

À la fin des années 1930, l’Europe restreint l’exportation de tissus vers l’Afrique de l’Ouest, ce qui freine l’essor de l’Adire. Par ailleurs, l’invasion des textiles européens après la guerre donne un autre coup de massue à l’industrie locale. Ainsi, à partir de 1950, la production Adire a considérablement ralenti et peu de jeunes savent en faire.

Tissus Adire Tie and Dye – © Adire Lounge

Comment les Yorubas portent-ils l’Adire ?

À la base, l’Adire se compose de deux morceaux de chemise cousus ensemble pour créer un pagne pour femme. Pendant longtemps, seules certaines familles sont autorisées à participer à la production des Adires.

L’étoffe a contribué à promouvoir l’art et la culture, en particulier lorsque les gens voyagent à l’étranger. Non seulement elle vulgarise la culture Yoruba à l’intérieur et à l’extérieur du Nigeria, mais elle met aussi en avant le style africain.

Plus important encore, l’Adire sert de lien significatif entre les formes vestimentaires actuelles et anciennes. Cela se ressent à travers les divers événements dans lesquels les tissus ou imprimés Adire peuvent être portés.

Robes Adire bleu indigo – © https://fashionstyle.ng/

Le procédé de fabrication d’un Adire chez les Yorubas

La fabrication traditionnelle de l’Adire indigo implique l’apport de deux femmes spécialistes-teinturières que les Yorubas appellent Alaro. Celles-ci contrôlent la production et la commercialisation de la toile. Pour décorer le tissu, on fait appel aux Aladires, qui créent les motifs à partir de la résine.

Afin de mener à bien leur tâche, les Aladires emploient deux méthodes anciennes. La première se fait appeler Adire Oniko. Elle nécessite d’envelopper le tissu de raphia pour qu’il résiste à la teinture. La seconde, nommée Adire Eleko, utilise une pâte à base de maïs ou de manioc peinte à la main sur la surface du tissu.

Une expérimentation plus poussée a conduit à deux techniques supplémentaires. La première appelée Adire Alabere consiste à coudre le tissu avec du fil avant la teinture pour produire des motifs aux lignes fines. La seconde, Adire Batani, se fait à l’aide de pochoirs en zinc pour contrôler l’application de l’amidon sur le tissu.

Art Tie and Dye – © https://artsandculture.google.com/

Qui sont les plus grands producteurs d’Adire ?

La ville d’Abeokuta est restée le principal producteur et centre commercial d’Adire dans le Monde. Toutefois, dans la ville d’Ibadan, on retrouve un noyau de femmes artistes spécialisées dans l’Eleko Adire peint à la main.

Après une longue absence sur la scène internationale, le précieux textile revient en force. Des personnalités politiques et des célébrités telles que Michelle Obama et Lupita Nyong’o ont même récemment porté des vêtements d’inspiration Adire.

Que représentent réellement les motifs de l’Adire pour les Yorubas ?

Tous les motifs des tissus Adire racontent une anecdote ou des faits historiques. Les symboles sont souvent des représentations stylisées d’animaux, de plantes, de motifs abstraits ou d’objets du quotidien. Les motifs Adire peuvent de ce fait se regrouper en 5 catégories :

  • les formes géométriques ;
  • les lettres de l’alphabet Yoruba ;
  • les représentations de plantes et d’animaux ;
  • les corps célestes et les planètes ;
  • les objets et outils fabriqués par l’Homme.

Parmi les motifs zoomorphes, on retrouve : les oiseaux, les reptiliens, les mammifères, les mollusques, les poissons et les amphibiens. En ce qui concerne les plantes, les Adires représentent surtout du plantain, des cabosses de cacao, des figuiers, des pétales et des graines de coton.

Certains motifs sont liés à une symbolique spécifique dans la vie du peuple Yoruba. À titre d’exemple, on peut citer les cauris qui représentent l’argent et les feuilles de manioc qui font référence à la vie.

Symboles motifs Adire – © https://www.semanticscholar.org/

Les autres utilisations de l’Adire

L’Adire devient de plus en plus important et reconnu à travers le monde, en raison de son caractère unique et de sa polyvalence. Aujourd’hui, l’étoffe s’est imposée dans le milieu de la décoration d’intérieur. On l’utilise notamment pour :

  • la confection de housses de coussins ;
  • la fabrication de meubles ;
  • la couture des rideaux et autres tentures d’intérieur.

Plusieurs autres articles peuvent être fabriqués en utilisant la technique ou le tissu Adire. On peut citer : les nappes, les serviettes, les pochettes, les tabliers, les chaussettes, les sacs fourre-tout, les masques faciaux, etc.

Pour conclure découvrez ci-dessous une vidéo dévoilant le processus fabrication tissus adire tie and dye

L’Adire a marqué la mode Africaine en général et le style Yoruba en particulier pendant des décennies. Malheureusement, l’essor des teintures synthétiques a provoqué une diminution considérable de la qualité de cette étoffe nigériane. Ce qui a failli mener à sa disparition. Toutefois, après une longue absence, l’Adire revient sur la scène internationale grâce au dévouement des nouveaux stylistes Nigérians.

Vous êtes passionné par la culture Africaine et ses étoffes uniques ? Abonnez-vous à ce blog pour découvrir ce que l’Afrique a de plus beau à offrir en matière de textile.