L’Adinkra : ce prestigieux tissu du Ghana

Un tissu soyeux et coloré, parsemé de dessins extraordinaires, telle est la manière dont le monde décrit l’Adinkra. Pourtant, cette étoffe iconique des plus belles célébrations Ghanéennes, peut raconter de fabuleuses histoires à condition de savoir l’écouter. Dans cet article, plongez dans le monde merveilleux des Adinkras.

étalage de coupon de tissu adinkra
Etalage de coupon de tissu Adinkra © Nofi.Media

L’histoire sombre à l’origine de l’Adinkra

Les symboles Adinkra tirent leurs origines de Gyaman, un ancien royaume de la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui. Selon une légende Asante (Ghana), Adinkra était le nom d’un roi des Gyaman. Le roi fût capturé et tué par les Asantes après avoir enfreint une de leurs règles sacrées. Après sa mort, son territoire fût annexé au royaume d’Asante.

L’histoire raconte que le roi Adinkra arborait un tissu à motifs, pour exprimer son chagrin d’avoir été emmené à Kumasi, la capitale d’Asante. À force de cohabiter avec les Gyamans, le peuple Asante a appris l’art de peindre leurs symboles traditionnels sur du tissu.

Adinkra signifie aussi « au revoir » ou « adieu » en Twi la langue de l’ethnie Akan dont Asante fait partie. C’est donc la tradition des Akans, en particulier des Asante, de porter des vêtements décorés de symboles Adinkra lors d’occasions importantes. Le peuple arbore notamment le tissu  lors des funérailles de parents et d’amis pour signifier leur chagrin et faire leurs adieux au défunt.

Aujourd’hui, les Asante ne sont plus les seuls à porter des tissus recouverts d’Adinkra. D’autres groupes ethniques du Ghana l’arborent aussi lors de divers rassemblements sociaux et occasions festives.

hommes ghanéens portant des tenus adinkra
Hommes Ghanéens portant des tenus Adinkra
© globaltableadventure.com

L’Adinkra, la consécration d’un art ancestral

L’impression de l’Adinkra découle de plusieurs siècles de pratique de techniques transmises de générations en générations. La méthode d’impression la plus répandue chez les Asante reste la technique du tampon-bloc. Il s’agit d’un processus qui implique l’utilisation de tampons en bois ou en métal et la sérigraphie.

À l’origine, les artisans impriment le tissu grâce à des tampons sculptés à la main dans une calebasse. Le colorant ou l’encre (adinkra aduru) utilisé pour l’impression se fabrique à partir de l’écorce du Badie et des racines des arbres Kuntunkuni.

L’écorce et les racines sont trempées dans l’eau pendant des jours pour se ramollir. Ils sont ensuite pilés pour accélérer le processus de ramollissement. L’écorce de Badie est bouillie avec des chutes de fer. Lorsque la couleur brun foncé émerge de la pulpe, elle est tamisée et gravée sur un morceau de calebasse ou de pot.

Les racines de Kuntunkuni sont également bouillies dans une solution sombre pour teindre le tissu en noir. Dans ce cas, les artisans trempent le textile dans la solution et la sèche à plusieurs reprises. Ce processus est répété jusqu’à ce que le tissu ne devienne complètement noir.

Il existe aussi des Adinkras teints en rouge. Pour ceux-ci, les Asantes utilisent un produit chimique appelé Sudi à la place de la racine de Kuntunkuni.

étalage de coupon de tissu adinkra
Etalage de coupon de tissu Adinkra © tripadvisor.fr

Qui sont les grands producteurs d’Adinkra ?

Le Ghana est reconnu comme le plus grand fabricant d’Adinkra au monde. Par ailleurs, il existe même une ville de la région d’Ashanti réputée pour la production de ce textile unique. Cette ville appelée Ntonso est populairement reconnu comme la « Maison d’Adinkra ».

Toutefois, à la fin du XIXe siècle, les Britanniques se lancent, eux aussi, dans la production de tissus tissés avec des imprimés Adinkra. Avec leur fabrication industrielle et moins coûteuse, ils vont progressivement se vulgariser aux dépens des tissages traditionnels en bande faits à la main.

Que présentent les symboles Adinkra ?

Parmi les centaines de signes et de significations Adinkra documentés, les symboles les plus anciens sont le plus souvent liés à des proverbes. Ils sont également attachés aux contes populaires, aux chansons folkloriques et aux dictons ghanéens.

Les conceptions plus récentes sont associées à des thèmes plus courants, tels que la flore, la faune et les objets du quotidien. L’Adinkra d’aujourd’hui comprend aussi des conceptions composées de lettres en écriture romaine qui épellent des noms personnels ou des segments d’expressions proverbiales.

L’Adinkra est l’une des formes de communication graphique les plus anciennes du monde. De façon générale, seuls les artistes et les anciens bien formés sont capables d’en maîtriser les subtilités. 

En effet, grâce à des études, ces derniers sont en mesure d’identifier les noms de nombreux symboles Adinkra. Ils peuvent aussi déterminer les proverbes qui leur sont associés et les situations les mieux traitées par des symboles particuliers.

tampons adinkra
Tampons Adinkra

Pour en savoir plus sur la signification des symboles cliquez ici.

Comment se porte l’Adinkra ?

L’Adinkra fait office de robe funéraire traditionnelle pour les Asantes du Ghana ainsi que leurs voisins. Il se porte également durant des événements importants tels que les mariages.

Les funérailles sont parmi les plus somptueuses de toutes les occasions rituelles Asante. En effet, ces cérémonies font clairement partie de leur engagement toujours fort à vénérer leurs ancêtres. Les tissus utilisés comme tenu de deuil sont recouverts de l’une de ces trois couleurs : le rouge, le brun roux ou le bleu foncé-noir. De manière générale, ces étoffes ne sont pas estampillées.

Certaines sources affirment que l’Adinkra rouge est réservé aux membres les plus proches de la famille. D’autres assurent a contrario que c’est le rôle des Adinkras marrons. Il est clair que les pratiques varient d’une région à l’autre.

Les Adinkras qui restent blancs ou sont imprimés sur un tissu aux couleurs vives sont appelés « Adinkra du dimanche ». Contrairement au Adinkra sombres, les tissus colorés ne se portent jamais durant les cérémonies funéraires. On les arbore plutôt comme tenues de fête pour une variété d’occasions spéciales, un peu comme le tissu Kente.

homme ghanéen vêtu de tissu adinkra
Homme Ghanéen vêtu avec du tissu Adinkra © Cynthia Samaké, http://www.btsadventures.com

L’Adinkra au quotidien

Moyen de communication, expression artistique ou encore décoration architecturale, l’Adinkra trouve sa place dans divers domaines. Aujourd’hui, ces motifs ethniques ne sont plus seulement utiles à l’industrie textile. Ils ont pris part au quotidien des Africains.

En effet, les peuples Asante du Ghana utilisent l’Adinkra pour exprimer le lien entre le verbal et le visuel dans la culture Akan. C’est pourquoi, ces symboles apparaissent sur des objets de prestige en bois, des bijoux et des poids en laiton.

Au fil des siècles, cet art uniquement réservé à la royauté s’est démocratisé. Et de nos jours, chaque membre de la communauté Akan peut revêtir un tissu Adinkra lors d’occasions importantes dont les plus sacrées sont les funérailles.

Enfin, bons nombres d’architectes s’inspirent des motifs Adinkra dans leurs œuvres. Ces symboles d’Afrique de l’Ouest ont pris une telle ampleur que même les organisations de santé s’en servent pour communiquer.

Vous êtes à la recherche de vos prochains looks en pagne africain ? Trouvez l’inspiration en cliquant ici.

Découvrez dans la vidéo ci-dessous les techniques d’imprimerie utilisées pour la fabrication de l’Adinkra :

Vidéo Africa 24 Valorisation des symboles traditionnels du Ghana© Youtube

Une réflexion sur “L’Adinkra : ce prestigieux tissu du Ghana

Laisser un commentaire