Le Faso Dan Fani : symbole d’une nation fière d’être africaine

Le Faso Dan Fani est un tissu de coton tissé fabriqué au Burkina Faso. Ce qui rend ce tissu si spécial, c’est sa signification. Cela remonte à 1983 lorsque Thomas Sankara est devenu président. Depuis cette date, le Faso dan Fani (FDF) représente un symbole national.

L’origine du Faso Dan Fani

Originaire du Burkina-Faso, le Faso Dan Fani signifie « pagne tissé de la patrie ». En fait, ce tissu représente une forme d’identité unissant un peuple récemment sorti du colonialisme.

En effet, un État anciennement connu sous le nom de République de Haute-Volta, Sankara l’a rebaptisé Burkina Faso en 1984. Les citoyens sont connus sous le nom de Burkinabé.

Pour le président, il existait une autre façon de représenter la fierté et de promouvoir la richesse de son pays : le tissu.

«Porter le Faso Dan Fani est un acte économique, culturel et politique de défi à l’impérialisme», disait-il en 1986. Dans chaque village du Burkina Faso, tout le monde savait cultiver du coton. Les femmes savent également filer le coton, les hommes savent tisser ce fil en pagne. D’autres hommes savent coudre ces pagnes en vêtements.

portrait thomas sankara
Thomas Sankara – Google image

Pour Thomas Sankara, son peuple ne doit pas être esclave de ce que les autres produisent. Il a donc rendu obligatoire le port du Faso Dan Fani sur le lieu de travail.

Le tissage a toujours fait parti des tradition des Burkinabés. Se soutenir grâce à l’utilisation du tissu signifiait une augmentation de l’emploi.

Vous devez vous en douter, le tissage du coton est une ancienne tradition africaine. Autrefois, seulement les femmes filaient le coton, tandis que les hommes tissaient les fils de coton en tissu. Au fil des années, les femmes ont également appris le tissage.

Procédé de fabrication de l’étoffe

Tout le processus de fabrication du tissu est réalisé à la main. Dans un premier temps, le coton récolté doit être séché à l’air libre durant plusieurs jours. Il sera ensuite battu pour retirer les graines et les impuretés présentes dans les fibres. Cette méthode permet d’obtenir un coton propre, exempté de toutes impuretés pour le tissage.

Les fibres nettoyées sont ensuite enroulées autour d’un morceau de bois pour réaliser des fils de coton. Cet enroulage facilite la pose de la teinture. Les fils de coton passent ensuite dans le métier à tisser afin de procéder au tissage.

tissage faso dan fani
Tissage Faso Dan Fani – Pinterest

Un métier à tisser est une machine artisanale, permettant de fabriquer le tissu. Le métier à tisser peut être également une machine industrielle. Mais dans le cas du Burkina Faso, les citoyens réalisent ce processus manuellement, de la collecte du coton jusqu’au produit fini.

Lors de son accession au pouvoir, Thomas Sankara avait décidé de mettre en avant la production locale ainsi que la culture Burkinabé. Pour cela, il avait mis en place un décret afin que le tissu Faso Dan Fani devienne la tenue officielle du Burkina Faso. Le port de ce tissu était également imposé lors des déplacements et événements internationaux.

Pour Sankara, c’était une manière pour non seulement s’affirmer en tant qu’africain, mais aussi pour faire vivre la culture de son pays. D’ailleurs, lors de ses nombreuses conférences, il ne cessait de répéter : « Produisons ce dont nous avons besoin, et consommons ce que nous produisons ».

Qui sont les grands producteurs ?

Le Burkina Faso est aujourd’hui l’un des principaux producteurs de coton en Afrique. Néanmoins, plus de 95 % du coton récolté est exposé à l’état brut. Au Burkina Faso, accroître la valeur ajoutée du coton passe en premier par le développement de filatures et la promotion du travail des artisans.

Que représentent les symboles ?

Aujourd’hui, le Faso Dan Fani représente un symbole de fierté nationale. Nombreuses personnes portent fièrement le tissu. Robuste et naturel, le Faso Dan Fani est aujourd’hui le symbole d’une Nation fière de ses racines et de son savoir-faire.

Le Faso Dan Fani est fabriqué dans toutes les régions du Burkina Faso. Les motifs ainsi que leur signification varient en fonction du village et des occasions (mariages, funérailles ou royauté).

coupon de tissu faso dan fani
Différents coloris de tissu Faso Dan Fani – © Africantextil.com

Dans quel domaine retrouve-t-on le tissu ?

Si aujourd’hui le port du Faso Fan Fani n’est plus obligatoire, il reste toujours autant favorisé. On le retrouve dans chaque manifestation politique. Les hommes d’État tous vêtus de cette tenue traditionnelle. On retrouve également le pagne « du 8 mars », porté chaque année en l’honneur de la Journée mondiale de la Femme pour l’égalité des droits. Ce même jour, ce tissu est traditionnellement offert par tous les employeurs à leurs salariées.

Aujourd’hui, le Faso Dan Fani est également parvenu à se faire une place dans le monde de la mode en Afrique. En effet, il a rapidement été adopté par des créateurs comme Paté Ouedrago (Marque Pathé’O). Ces dernières années, les créateurs de haute couture se sont laissés tentés par le mouvement en portant le Faso Dan Fani vers le marché de la mode, en collaboration avec les ateliers des femmes tisserandes.

Comment est-il porté ?

Encore une fois, le Faso Dan Fani est fièrement porté par les burkinabés. Attaché autour de la taille pour les femmes ou cousu en habits traditionnels pour les hommes, il est porté au quotidien, mais aussi pour de grandes occasions.

Par exemple, le pagne Lwili Pèndé peut être utilisé pour divers évènements. Le pagne Mossi est porté pour les cérémonies. Le pagne noir est utilisé à l’occasion d’un accouchement ; il peut également être porté par la mariée.

mogho naaba, roi des mossis
Le Mogho Naaba, roi des mossis, une des ethnies au Burkina Faso, habillé en Faso Dan Fani – © Afrikatiss.org

Il existe également le pagne Peulh de couleur orange, tissé par les nomades Peulhs (une ethnie au nord du Burkina Faso). Leurs motifs sont variés et difficiles à reproduire.

Étant plus onéreux que le wax, le Faso Dan Fani est perçu comme une tenue élégante. Néanmoins, toutes les catégories sociales n’ont pas tous les moyens de s’en procurer. Le fait de se procurer des imitations à prix abordable ne permet pas de développer le marché local. Pour cela, il convient de sensibiliser les citoyens à consommer de manière réfléchie, afin de soutenir les artisans burkinabés.

Vous êtes à la recherche de vos prochains looks en pagne tissé ? Trouvez l’inspiration en cliquant ici.

Découvrez comment Carole SANHOUIDI, Fondatrice de FemFaso valorise le pagne tissé.


Laisser un commentaire